Paradis fiscaux et judiciaires

Crimes et pollution pour de l’or : le scandale de la mine de Mara-Nord, en Tanzanie

mardi 18 juin 2019 par paradisfj.info

Crimes et pollution pour de l’or : le scandale de la mine de Mara-Nord, en Tanzanie

Par Jean-Baptiste Chastand , Cécile Schilis-Gallego et Marion Guégan

Publié aujourd’hui à 18h00, mis à jour à 19h28

« Green Blood » (1/3). Meurtres, viols, fraudes fiscales et corruption. Telles sont les accusations qui pèsent sur la société britannique Acacia Mining, propriétaire de la mine de Mara-Nord.

Tous les soirs à la tombée de la nuit, c’est le même jeu du chat et de la souris à Kewanja, dans le nord de la Tanzanie, aux abords de la mine d’or de Mara-Nord. Monchena Mwita tente avec ses amis de franchir le mur de 2,50 m qui entoure le site exploité depuis 2006 par la société britannique Acacia Mining, pour grappiller quelques déchets de roche contenant des paillettes d’or. « On essaye de récupérer de l’or pour nos familles, on n’a pas d’autre source de revenus », assure le chef de bande qui, machette en main, se donne du courage en buvant du konyagi, cet alcool populaire d’Afrique de l’Est. Tous les soirs, la police tanzanienne maraude autour du mur pour essayer de chasser les « intrus » et protéger les intérêts d’Acacia Mining.

« On essaye de récupérer de l’or pour aider nos familles, on n’a pas d’autre source de revenus », assure le chef de bande qui, machette à la main, se donne du courage en buvant du konyagi, un alcool populaire d’Afrique de l’Est. Le 23 mai 2019.

Cette société, propriété du leader mondial du secteur, le canadien Barrick, exploite trois mines d’or en Tanzanie. C’est le principal acteur minier du pays, et les journalistes tanzaniens qui ont enquêté sur les dégâts environnementaux et les violences qui lui sont imputés ont vu les obstacles se multiplier. Ils ont été pris en étau entre le silence du géant minier et les pressions d’un gouvernement de plus en plus répressif.

Au moins une dizaine de reporters, locaux et étrangers, ont ainsi été censurés ou menacés. C’est pour cette raison que Forbidden Stories a décidé de s’intéresser à son tour à Acacia Mining. L’équipe a poursuivi l’enquête sur cette mine, dont l’or finit jusque dans certains de nos précieux téléphones et ordinateurs high-tech.

« Ils ont fait naître la peur »

Située près de la région des Grands Lacs, la mine de Mara-Nord a une réputation sulfureuse. Elle fait l’objet, depuis une vingtaine d’années, de nombreuses accusations tant en matière d’atteintes à l’environnement que d’évasion fiscale. Les journalistes tanzaniens, avec qui Forbidden Stories est entré en contact, racontent comment ils ont été dissuadés d’enquêter sur une mine gardée comme une forteresse, au sens propre comme au sens figuré. Certains ont été menacés, d’autres censurés par les autorités.

« Ils ont fait naître la peur », assure Jabir Idrissa, un journaliste de 55 ans, depuis la friperie de son cousin à Zanzibar, où il est désormais contraint de travailler. Il n’a pas oublié ce qui lui est arrivé il y a deux ans lorsqu’il était rédacteur dans deux hebdomadaires, MwanaHalisi et Mawio, publiés en swahili et appartenant à un groupe éditorial réputé pour ses enquêtes. En juin 2017, Mawio pose la question de la responsabilité de deux ex-présidents tanzaniens dans la signature de contrats particulièrement avantageux pour Acacia, notamment sur le plan fiscal.

Lire la suite.


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 77 / 1076532

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les catastrophes écologiques & sanitaires  Suivre la vie du site L’exploitation minière  Suivre la vie du site Green Blood   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License