Paradis fiscaux et judiciaires

« Biens mal acquis » : les « facilitateurs » français dans le viseur de la justice

jeudi 19 décembre 2019 par paradisfj.info

Afrique
Guinée équatoriale

« Biens mal acquis » : les « facilitateurs » français dans le viseur de la justice

Alors que le vice-président de Guinée équatoriale est jugé en appel, un notaire et une dirigeante d’agence immobilière ont été mis en examen.

Par Simon Piel et Joan Tilouine Publié aujourd’hui à 19h00

Mercredi 18 décembre, le vice-président de Guinée équatoriale, Teodoro Nguema Obiang, dit « Teodorin », se met en scène sur Instagram, jouant au billard en costume sur mesure ou pavoisant au bord d’une piscine. Depuis Malabo, la capitale, le fils aîné du chef de l’Etat équato-guinéen paraît bien peu préoccupé par ses démêlés judiciaires en France.

A Paris, où il a passé une partie de sa jeunesse et dépensé près de 150 millions d’euros entre 1997 et 2011, les juges se penchent à nouveau sur son cas. Soupçonnant ces dépenses somptuaires d’avoir été faites sur des fonds publics détournés, dans le cadre de l’affaire dite des « biens mal acquis » qui vise – outre Rifaat Al-Assad, oncle de l’actuel président syrien – trois familles présidentielles de pays pétroliers d’Afrique centrale : la Guinée équatoriale, le Gabon et le Congo-Brazzaville.

Teodoro Nguema Obiang, 51 ans, est le premier à avoir été condamné, en octobre 2017, à trois ans de prison et 30 millions d’euros d’amende, le tout assorti de sursis. En appel, le procureur de la République a requis, lundi, quatre ans de prison ferme, 30 millions d’euros d’amende, la confiscation des biens saisis et la délivrance d’un mandat d’arrêt international. La décision sera rendue le 10 février 2020. Rifaat Al-Assad, lui, sera fixé sur son sort deux mois plus tard.

« Complaisance » de banques

[...] Jusqu’alors, les « facilitateurs », dont les services sont indispensables aux orchestrateurs de flux financiers illicites, avaient été plutôt épargnés. Il en allait ainsi des banques comme la Société générale qui comptait M. Obiang parmi les clients les plus importants de sa filiale équato-guinéenne. Elle a été placée, en 2015, sous statut de témoin assisté même si elle a joué « un rôle déterminant dans l’acquisition des biens mobiliers et immobiliers de M. Obiang », souligne le jugement deux ans plus tard, notant au passage la « complaisance » de l’établissement bancaire.

A la BNP, le flamboyant fils du président était l’une des 1 020 « personnes politiquement exposées » et originaires de pays ciblés par l’enquête des « biens mal acquis », selon un rapport d’audit interne réalisé en 2018. Sur les 377 Gabonais, il y a entre autres la famille du richissime ancien président (1967-2009), feu Omar Bongo. Lire la suite.


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 126 / 1770116

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LES BIENS MAL ACQUIS   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License