Paradis fiscaux et judiciaires

Le milliardaire Beny Steinmetz bientôt jugé en Suisse pour corruption

jeudi 10 décembre 2020 par paradisfj.info

Afrique
Europe

Le milliardaire Beny Steinmetz bientôt jugé en Suisse pour corruption

Selon l’acte d’accusation, un « pacte de corruption » a été scellé en 2005 entre l’homme d’affaires franco-israélien et la femme du président guinéen.

Par Simon Piel et Joan Tilouine
Publié aujourd’hui à 09h40, mis à jour à 09h41

La plus importante réserve inexploitée de fer au monde, un milliardaire franco-israélien, la quatrième épouse d’un autocrate crépusculaire, des millions de dollars de pots-de-vin et six années d’enquête sur trois continents. L’histoire, celle des permis miniers de Simandou en Guinée, en dit long sur les activités opaques des tycoons occidentaux en Afrique. Une affaire de corruption et d’enrichissement à plusieurs milliards de dollars qui sera jugée en janvier 2021 à Genève. Et où, pour la première fois, les possibles responsables d’un réseau de grande corruption internationale comparaîtront.

Car, selon l’acte d’accusation du tribunal correctionnel de Genève que Le Monde a pu consulter, un « pacte de corruption » aurait bien été scellé à Conakry en 2005 entre Beny Steinmetz et Mamadie Touré. Alors âgée de 23 ans, l’ancienne Miss Guinée est mariée depuis 2000 au président Lansana Conté, 71 ans et malade. Les 33 pages du document signé par le procureur Claudio Mascotto détaillent comment, à travers elle, la société Beny Steinmetz Group Resources (BSGR) du richissime entrepreneur franco-israélien comptait obtenir les mines de Simandou. M. Steinmetz et ses plus proches collaborateurs ont « fait verser à Mamadie Touré dès 2006 des pots-de-vin pour un total d’environ 10 millions de dollars », assurent les enquêteurs. Onze virements d’un total de 8,5 millions de dollars effectués entre 2006 et 2012 depuis des comptes – principalement en Israël – contrôlés par des collaborateurs de M. Steinmetz auraient ainsi été effectués vers ceux de Mamadie Touré en Guinée puis aux Etats-Unis.

Pour Marc Bonnant, l’avocat du milliardaire qui se défend d’« avoir jamais remis un centime à Mamadie Touré » et conteste toutes les charges, ce document est « indigent, intellectuellement faible et à charge ».

Un autre nom figure dans l’acte d’accusation : celui du Français Frédéric Cilins. Aujourd’hui établi à Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes), cet entrepreneur disposait alors d’un entregent politique en Guinée où il aurait été l’agent de BSGR et, selon l’accusation, l’un des principaux corrupteurs de Mamadie Touré. Il est soupçonné d’avoir entre autres permis la signature de contrats « fallacieux » avec l’ancienne Miss Guinée via Pentler Holdings, une société établie aux îles Vierges britanniques, détenue par une filiale de BSGR administrée depuis Genève. Cette structure s’est vu octroyer 17,65 % de participation dans BSGR Guinée, dont 5 % ont été par la suite cédés à Mme Touré via Pentler Holdings. Lire la suite.


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 65 / 1844109

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption économique  Suivre la vie du site LES INTERMEDIAIRES FINANCIERS  Suivre la vie du site BENY STEINMETZ   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License