Paradis fiscaux et judiciaires

OpenLux : entre la France et le Luxembourg, une faille fiscale pour l’immobilier de luxe

mardi 9 février 2021 par paradisfj.info

OpenLux : entre la France et le Luxembourg, une faille fiscale pour l’immobilier de luxe

Par Jérémie Baruch

Publié aujourd’hui à 06h00, mis à jour à 06h00

Factuel Villas, châteaux, immeubles : pendant plus de vingt ans, des contribuables ont pu échapper à l’impôt sur les biens qu’ils possèdent en France.

Les nombreuses villas de la Côte d’Azur, vitrine du luxe à la française, sont adossées aux collines cannoises ou ont les pieds dans l’eau de Saint-Tropez, d’Antibes ou de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Et certaines d’entre elles ont la tête… au Luxembourg. C’est aussi le cas de plusieurs chalets et hôtels des stations huppées des Alpes, de nombreux châteaux qui parsèment la campagne française ou encore d’immeubles situés dans les arrondissements parisiens cossus. L’enquête OpenLux, menée par Le Monde et seize médias partenaires, montre qu’au moins 2 300 sociétés actives, constituées au Luxembourg, détiennent de l’immobilier en France, avec pour la plupart des actifs qui se comptent en millions, voire dizaines de millions d’euros.

On trouve, parmi les propriétaires de ces biens immobiliers, tout le gotha mondial. Des oligarques russes, proches de Poutine ou honnis par Moscou, des présentateurs de télévision vedettes allemands ou américains, des stars de cinéma, des monarques du Golfe persique, ou encore de riches banquiers et des capitaines d’industrie venus de toute la planète. Le registre des bénéficiaires effectifs du Grand-Duché contient aussi les noms de dizaines de résidents fiscaux français, qui ont décidé, un jour, d’investir dans l’immobilier en faisant un détour par le Luxembourg.

La fiscalité avantageuse sur la transmission du patrimoine, mais aussi les facilités réglementaires, la discrétion créée par les empilements de holdings, les coûts relativement bas et le savoir-faire des domiciliataires de Luxembourg-Ville sont autant de motivations. Mais cet engouement s’explique surtout par une faille fiscale sur l’imposition des biens immobiliers détenus par des sociétés luxembourgeoises entre la France et le Luxembourg. Une faille que le Trésor public n’a comblé que très récemment, après plus de vingt ans d’efforts. Lire la suite.


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 68 / 2051664

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le continent européen  Suivre la vie du site Le Luxembourg  Suivre la vie du site OpenLux   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License