Paradis fiscaux et judiciaires

OpenLux : profils sulfureux et argent sale prospèrent dans le centre financier du Luxembourg

vendredi 12 février 2021 par paradisfj.info

OpenLux : profils sulfureux et argent sale prospèrent dans le centre financier du Luxembourg

Par Anne Michel , Maxime Vaudano et Jérémie Baruch

Publié aujourd’hui à 05h58, mis à jour à 09h12

Enquête Dans la base de données des propriétaires de sociétés apparaissent plusieurs dizaines de personnes impliquées dans des affaires de corruption, de blanchiment, de fraude ou de crime organisé.

C’est un homme en fuite, recherché par la justice en France, en Suisse et en Espagne. C’est l’un des intermédiaires de l’affaire de Karachi, ces rétrocommissions versées dans le cadre de contrats d’armement signés avec le Pakistan et l’Arabie saoudite qui auraient servi à financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995. En juin 2020, Abdul Rahman El-Assir a été condamné à cinq ans de prison ferme par contumace par la justice française, en même temps que son ancien associé Ziad Takieddine.

Mais au Luxembourg, M. El-Assir est un investisseur comme un autre. Il apparaît dans la base OpenLux comme le propriétaire, aux côtés de son frère, de Wheelerdale Corporation. Une société fantôme inscrite dans une boîte aux lettres, qui se révèle être la maison mère de Gulf Interstate Engineering, un sous-traitant de l’industrie pétrolière basé au Texas, qui pèse plus de 70 millions d’euros.

M. El-Assir n’a visiblement rencontré aucun obstacle pour transférer cette société de l’île caribéenne de Curaçao vers le Luxembourg, en décembre 2012. Pourtant, six mois plus tôt, l’intermédiaire, qui avait fui en Suisse, avait été mis en examen par un magistrat helvétique, au nom de la justice française. L’information était parue dans la presse et il était donc déjà publiquement soupçonné d’avoir joué un rôle-clé dans l’affaire de Karachi. Sa condamnation, en juin 2020, n’a pas davantage entravé ses affaires luxembourgeoises : la société est, depuis, restée active.

Le cas Wheelerdale n’est pas isolé, et c’est l’une des surprises de l’enquête OpenLux. Dans la base de données des propriétaires de sociétés luxembourgeoises reconstituée par Le Monde apparaissent plusieurs dizaines de personnes impliquées dans des affaires de corruption, de fraude fiscale et de blanchiment, ainsi que des individus liés à la criminalité organisée ou ayant fait l’objet de sanctions internationales. Lire la suite.


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 104 / 2072802

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le continent européen  Suivre la vie du site Le Luxembourg  Suivre la vie du site OpenLux   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License