Paradis fiscaux et judiciaires

Au procès Bouaké, l’incompréhensible refus de Paris d’arrêter les suspects

mercredi 7 avril 2021 par paradisfj.info

Au procès Bouaké, l’incompréhensible refus de Paris d’arrêter les suspects

Source AFP
Publié le 06/04/2021 à 21h18

"On m’a dit de ne rien faire". En novembre 2004 au Togo, la France a refusé d’arrêter des suspects du bombardement fatal à neuf de ses soldats en Côte d’Ivoire. Seize ans après, au procès de l’affaire, le mystère reste entier pour nombre de témoins.

Le 16 novembre 2004 au matin, le commissaire divisionnaire Claude Taxis, attaché de police à l’ambassade de France à Lomé, presse le pas vers son bureau.

Il sort de celui du ministre togolais de l’Intérieur, François Boko, qui vient de l’alerter : le Togo a arrêté le matin même huit Biélorusses soupçonnés de faire partie des mercenaires qui ont bombardé dix jours plus tôt le camp français de Bouaké en Côte d’Ivoire, tuant neuf soldats français et blessant une quarantaine d’autres.

Ils ont été arrêtés à la frontière avec le Ghana, dans un minibus en provenance de Côte d’Ivoire. Et le Togo les met à la disposition de la France.

Une aubaine : Paris, qui accuse le pouvoir ivoirien, a réclamé toute la lumière sur cette attaque, la plus meurtrière contre ses soldats en opération depuis plus de vingt ans. D’autant que M. Boko ne se trompe pas : parmi les huit figure Yuri Sushkin, l’un des trois accusés du procès entamé lundi dernier, jugé en absence car introuvable.

A la barre, Claude Taxis raconte comment il a, de retour au bureau à l’ambassade, envoyé "en urgence vers 11h-11h30" les copies de passeports, les photos des Biélorusses et la proposition togolaise. Il en informe aussi ses collègues de l’ambassade qui font eux aussi remonter l’information à leur hiérarchie du ministère de la Défense et de la DGSE (renseignements).

La suite est un incompréhensible cafouillage, le plus embarrassant de cette affaire aux multiples zones d’ombres pour le gouvernement français de l’époque. Accusé par des familles de victimes d’avoir caché des choses, il traîne cet épisode comme un boulet.

Car quatre heures plus tard, Claude Taxis n’a aucune réponse de Paris. Il passe alors un coup de téléphone. Et là, surprise, on lui dit "de ne rien faire". Idem pour ses collègues attaché militaire et de la DGSE, qui ont "reçu instruction de ne rien faire", oralement, donc sans trace écrite, comme lui.

"Flou et fumée"

La France ne répondra pas au Togo, qui relâchera les huit Biélorusses deux semaines plus tard. On n’en entendra plus jamais parler.

Seize ans plus tard, devant un box des accusés vide, la cour d’assises de Paris a tenté en vain d’éclairer un peu ce mystère.

A la barre, Claude Taxis et ses anciens collègues à l’ambassade de Lomé ont confirmé que les informations et la proposition togolaises avaient bien été envoyées aux ministère des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Intérieur.

"On m’a fait savoir que les noms que j’envoyais à Paris n’intéressaient pas la direction du renseignement militaire (DRM)", a déclaré l’attaché de défense de l’ambassade à l’époque, le colonel Jean-Paul Battesti.

Dommage pour l’enquête, car au même moment à l’époque en Côte d’Ivoire, les forces françaises ont déjà identifié les pilotes suspects, dont Yury Sushkin, indiquera plus tard aux enquêteurs le général André Ranson, à l’époque chef de... la DRM.

Selon plusieurs télégrammes, ces informations ont également été transmises aux cabinets des trois ministres Michèle Alliot-Marie (Défense), Michel Barnier (Affaires étrangères) et Dominique de Villepin (Intérieur). Comment ont-ils pu tous passer à côté d’une telle occasion d’en savoir plus sur le pourquoi du bombardement ?

"Paris a-t-elle privilégié ses intérêts diplomatiques à la vérité sur la mort de ses soldats" ? s’est demandé l’un des avocats des parties civiles, Lionel Béthune de Moro, en suggérant que la France a peut-être cherché à apaiser ses relations avec le président Laurent Gbagbo pour sortir de la crise franco-ivoirienne de début novembre.

En fin d’après-midi, l’ambassadeur de France au Togo à l’époque, Alain Holleville, peine à répondre à l’avocat général Jean-Christophe Muller qui lui demande pourquoi il n’a pas, face au silence de Paris, insisté pour savoir ce qu’il devait faire de la proposition togolaise.

"Ceux qui avaient déjà posé la question avaient déjà reçue une réponse", élude-t-il. "Du coup, ça ajoute du flou à la fumée", rétorque M. Muller, pas convaincu.

06/04/2021 21:16:31 - Paris (AFP) - © 2021 AFP


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 31 / 1922522

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les ventes & trafics d’armes  Suivre la vie du site Le conflict en Côte d’Ivoire  Suivre la vie du site Le bombardement de Bouaké   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License