Paradis fiscaux et judiciaires

Citibank / Dictateurs en série

mardi 6 février 2001

Jeune Afrique / Dernières nouvelles n°2091

- 6 février 2001 - par MARWANE BEN YAHMED

Extrait de l’article en ligne sur le site de Jeune Afrique

Citibank

Dictateurs en série.

- La banque américaine Citibank a gelé, fin janvier, les comptes d’un autre couple présidentiel déchu : celui des Philippines, Joseph Estrada et son épouse Luisa Ejercito.

Les autorités de Manille, qui les accusent de corruption et de détournement, ont découvert le pot aux roses : deux comptes « CitiGold » - dénomination réservée à une clientèle très riche (plus de 100 000 dollars de dépôt initial) -, l’un de 3 millions de dollars et l’autre de 300 000 dollars.

Les avocats d’Estrada affirment que cet argent a été gagné avant 1998, date de l’arrivée au pouvoir de leur client qui était acteur de cinéma... Mais ils n’ont pas d’explication pour un versement de 200 000 dollars effectué en octobre 1999, le salaire du président Estrada ne dépassant pas 12 000 dollars par an.

Ce scandale n’est pas le premier pour la Citibank, qui s’était engagée, en novembre 1999, à vérifier dorénavant l’origine des fonds de ses illustres clients, parmi lesquels figuraient l’ancien Premier ministre du Pakistan, Benazir Bhutto, le fils du général nigérian Sani Abacha et le frère de l’ex-président mexicain Carlos Salinas.

Source url de l’article.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1310 / 613517

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LE PERSONNEL POLITIQUE  Suivre la vie du site Joseph Estrada   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License